( 4 février, 2015 )

Tous à la campagne …

La campagne, tout le monde  parle de sa beauté, tout le monde veut y venir.
Sans rien demander en échange elle nous offre généreusement: le bon air, les senteurs, les couleurs, les animaux, le calme,….      
   
…….. mais aussi, nous y trouvons:Tous à la campagne ... dans Auvergne evolution+chris+mc+muck des bouteilles, des poches plastiques le long des routes et des chemins, les détritus divers allant du mouchoir à la carrosserie de voiture,  abandonnés de ça et là ………
 
… Franchement: les  C.O.N.S., eux; n’ont rien à y faire …
( 3 février, 2015 )

Promenades et randonnées en Périgord …

Photo 059

La Dordogne a traversé le temps en choyant les traditions liées à la culture d’Oc. Aujourd’hui, les vieux métiers comme l’art du sabotier, la langue occitane et les danses traditionnelles se transmettent à la manière d’un héritage. La fête de la Félibrée célèbre, chaque année, la « tradition occitane »  dans un village différent du Périgord.
Sarlat est une cité médiévale typique. La lanterne des morts de Sarlat (12 eme  siècle) est un monument qui attire d’autant plus qu’il reste mystérieux. Trop grand, curieusement situé, le cimetière ne s’est installé autour que deux cents ans plus tard. Des ouvertures trop étroites, un accès difficile à l’étage, tout concours à invalider le nom qu’elle porte depuis plusieurs siècles. Ce n’est certainement pas une lanterne des morts comme on en voit ailleurs, mais, plus probablement une chapelle dont la forme originale et l’usage demeurent aussi mystérieux que le miracle de Saint Bernard qui serait à l’origine de sa construction.
Promenades et randonnées en Périgord ... dans Dordogne dans Dordogne
( 3 février, 2015 )

Une petite balade …

Une petite balade ... dans Dordogne
Même si le temps n’est pas très beau, nous pouvons partir en randonnée: au pays d’Issigeac.
Bâtie dans la vallée de la Banège, au sud est du vignoble de Monbazillac, la cité médiévale d’Issigeac a conservé une église et un château intéressants ainsi que de pittoresques maisons fortes, hautes, à pans, ou galerie de bois ou à colombages, des rues étroites, des vestiges de remparts, des fossés nus et secs, des pierres et lauzes mêlées…
Le rattachement du prieuré d’Issigeac à l’abbaye de Sarlat a concrétisé  au 14° siècle, une communauté d’intérêts et des échanges de tous ordres. La villes rayonnait de prospérité, les bourgeois d’Issigeac vivaient dans des maisons conçues selon la mode gothique, comme la « Maison des Têtes » avec des ouvertures serties de sculptures façonnées à même le colombages.
Ne quittez pas cette citée médiévale, sans avoir vu cette singulière maison des 15° et 16° siècles.
 dans Sport                                              
( 29 janvier, 2015 )

Un petit village exceptionnel en limite du Charentais …

 

Au Sud de la Charente, en limite du Périgord, Aubeterre  est construit en amphithéâtre autour d’une boucle de la Dronne. Ses venelles au charme méridional serpentent entre les maisons de pierre blanche. Ancienne place forte, le village est aujourd’hui classé parmi « l’Un des Plus Beaux Villages de France »…….

Le monument le plus extraordinaire d’Aubeterre  est l’église souterraine Saint-Jean, dite église monolithe, creusée dans la falaise qui domine la Dronne. La nef principale s’élève à 20 mètres sous voûte.
A 15 mètres de haut, la nef est bordée sur trois de ses côtés par une galerie à laquelle on accède par un escalier taillé dans le roc.

Affaire de passionnés, les musées d’Aubeterre présentent des collections particulières qui plairont aux petits et aux plus grands, nostalgiques et rêveurs, aventuriers et férus d’histoire.

Un petit village exceptionnel en limite du Charentais ... dans Dordogne

( 29 janvier, 2015 )

Venise en Périgord… (24)

Venise en Périgord... (24) dans Dordogne          

            Par cette belle journée, je vais vous conduire à Brantôme.

Une falaise en croissant surmontée d’un écrin boisé au pied de laquelle s’élève son abbaye et se love sa rivière Dronne qui entoure la cité : La Venise du  Périgord est une île.Porte du Parc Naturel Régional Périgord-Limousin et joyau du Val-de-Dronne. Brantôme accueille toute l’année les amoureux de la nature, du « Bien vivre » et du « Bien manger ». Romantique,  reposante, riche en histoire, en activités de loisirs et sportives. Brantôme réveillera au fond de vous toute la paix intérieure dont nous avons tant besoin. A travers ses nombreux vestiges elle vous apportera les réponses essentielles que chacun se pose…  Renouer avec la nature, retrouver l’authenticité, les valeurs de la vie, ressentir des émotions oubliées. Où que vous soyez, votre cœur aura toujours un regard sur Brantôme.. .

 

Le dolmen de Peyrelevade (dit « Pierre Levée ») témoigne des  premières manifestations d’art religieux . Agé de 6000 ans il est orienté vers le coucher du soleil à l’équinoxe. La présence romaine se retrouve sur les tronçons, encore visibles des voies  » romaines », dans les noms de lieux se terminant en ac, as, an ou at. Ancienne halte sur le chemin de St Jacques de Compostelle, aujourd’hui une porte du Parc Naturel Régional Périgord-Limousin et joyau du val de Dronne

 dans Dordogne

 

( 29 janvier, 2015 )

Le vélo rail

 

Le vélo rail  dans Dordogne

 

Le départ se fait de la gare « vélo-rail » de Corgnac sur l’Isle (24). Une petite information : Ouvert toute l’année, la circulation se fait uniquement sur réservation .

 

 dans Dordogne

 

Entre vallons et ruisseaux, en Dordogne, découvrez au travers d’une balade insolite une ancienne voie ferrée pleine de charme avec ses ouvrages d’art et ses gares d’autrefois… Ce trajet est  unique en Aquitaine.

De la gare de départ Corgnac, les destinations et parcours sont :

Thiviers  (Les Chatignolles): 11km aller/retour, (aller 1h00 en montée, retour 30mn, en descente). Saint Germain des Près : 9km aller/retour (aller 30 mn en montée, 15 mn en descente, retour 15 mn en montée, 15 mn en descente). Thiviers et Saint Germain des Près :   20 km aller retour, 1h30 de montées, 45mn de descentes

Attention aux navigateurs : il n’y a pas de croisement en route, les demi-tours se font dans les gares. Vous pouvez manger votre pique-nique en gare d’arrivée de Thiviers-Les Chatignolles avant le retour (vous disposez d’environ 1h suivant temps mis à l’aller).

 

 

( 28 janvier, 2015 )

Une petite visite dans la vallée de la Dordogne… (24)

 

Une petite visite dans la vallée de la Dordogne… (24) dans Dordogne

Je voudrais vous faire visiter un charmant village situé à mi-chemin entre Beynac et Saint-Cyprien. ALLAS-LES-MINES est un charmant village adossé à la colline, sur un axe parallèle à la voie de la vallée, rive gauche de la Dordogne.

Son origine remonte à l’époque gallo-romaine, il s’est appelé ALAT puis ALLAS DE BERBIGUIERES jusqu’en 1910 et ensuite ALLAS-LES-MINES pour marquer une présence minière importante avec l’extraction du lignite à Dantou, et l’installation de la cimenterie qui a donné les chaux « Allas-Marnac ».

Ces industries ne sont plus qu’un souvenir et c’est un village qui profite de ses vieilles pierres en toute quiétude, où les promeneurs vont découvrir la fraîcheur des vertes rives de la Dordogne ou celles des deux ruisseaux qui serpentent dans le village.

Au cœur du village, une église de souche romane avec un clocher-mur flanqué d’une tourelle, est classée à l’inventaire des Monuments Historiques et détient un retable intéressant du XVIIème siècle.
Près de l’église, vous verrez un Manoir Renaissance et un ensemble de ruelles pittoresques avant d’arriver au Château de Goudou qui date du XV / XVIème siècle.

Le Port d’Envaux avec sa « Maison du passeur » mérite un détour qui vous poussera au Château des Milandes, puis aux Châteaux de Fayrac et Castelnaud.

 

Bienvenue en Périgord.          dans Dordogne

( 27 janvier, 2015 )

Randonnée à Echourgnac (24).

L’histoire de la ferme de Parcot

Oui, ce lieu m’a tellement rappelé mon enfance que je n’ai pu m’empêcher de le placer dans mon « blog ». ces grandes pièces à vivre, l’entrée avec son évier, son sceau d’eau et sa « couade », ses grandes cheminées….

 

Randonnée à Echourgnac (24). dans Dordogne

 

Datés de 1841, comme en témoigne l’inscription gravée sur le linteau de la porte charretière de la grange, ces bâtiments ont succédé à une construction beaucoup plus ancienne.  
Plusieurs documents conservés aux archives départementales permettent de retrouver les  propriétaires successifs du Parcot……
       
 dans Dordogne
…. Le plus ancien de ces documents est daté de 1579 et indique que la famille Saint-Christophe est propriétaire des lieux. Plus d’un siècle plus tard, en 1685, un nouveau document montre que c’est cette même famille qui est toujours propriétaire. La fin du XVIIIeme siècle voit la famille Béraud s’installer sur la propriété. C’est le petit fils, Jean Béraud, qui construit la maison actuelle en 1841. La maison d’origine, dont il ne subsiste aujourd’hui que le four à pain, disparaîtra peu à peu. Succession après succession, la maison passa aux mains du dernier….
… Sans héritiers, et conscient d’être propriétaire d’une des dernières maisons à ossature de bois de la Double, celui-ci décida, à l’occasion de l’Année européenne de l’Environnement, de faire don de ses biens à Espaces pour Demain, association nationale de protection de l’environnement reconnue d’utilité publique.
( 27 janvier, 2015 )

Randonnée à Echourgnac (24)

La Double

Située à l’ouest du Périgord entre deux rivières : la Rizonne, affluent de la Dronne, au nord et l’Isle au sud, la Double est une région forestière aux formes douces, parcourue par de nombreux ruisseaux et parsemée de nombreux étangs. Comparée parfois à la Sologne, elle présente les mêmes sols argilo-sablonneux. Terre de refuge, devenue inhospitalière et même hostile, après une exploitation sylvicole systématique ; la Double présente aujourd’hui un paysage très particulier et un habitat rural traditionnel  spécifique.
 Randonnée à Echourgnac (24) dans Dordogne

Un pays refuge, colonisé tardivement.

En raison de son important couvert forestier, la Double a de tout temps eu une vocation de refuge naturel. Repaire pour les bandits, refuge pour les fuyards et les bêtes sauvages, elle abrite les restes de l’armée sarrasine, défaite par Charles Martel en 732 à Poitiers. Le duc d’Aquitaine Waïffre, en révolte contre son suzerain et roi Pépin le Bref, trouve abri avec ses hommes dans la Double, avant d’y être assassiné en 768. Plus proche de nous, en mars 1944, les Allemands mettent le feu à la forêt, desséchée par l’hiver pour lutter contre le Maquis. Tardivement colonisé, la Double a longtemps vécu repliée sur elle-même. A partir du Xlème siècle, plusieurs vagues de colonisation vont se succéder sous l’action de communautés religieuses. D’abord fragiles, les conquêtes agricoles s’accélèrent aux Temps Modernes qui correspond à une période apparemment bénéfique. La Double est alors qualifiée de « beau et fertile pays » et abrite une population plus nombreuse qu’aujourd’hui (par exemple au recensement de 1872, la Jemaye comptait 402 habitants contre 103 actuellement).
  dans Dordogne

 

( 27 janvier, 2015 )

Randonnée en pays Vernois (24)

Randonnée en pays Vernois (24) dans Dordogne
Le promeneur se souvient de ces paysages paisibles , où il fait bon vivre.
Le village de Bourrou parait remonter au 14 eme siècle et « Bourrou » viendrait d’un nom de personne gallo-romaine.
Son église, dédiée à Saint Michel, date de 1500. C’était une chapelle dont l’entrée se situait coté ouest, derrière l’autel actuel. Ce chevet est le seule reste de l’époque. Elle a été consacrée le 18 aout 1868 après d’importants travaux ayant pu être réalisés grâce à son curé qui en fut l’architecte et le maçon, avec ses ressources et aussi de multiples dons de la population. Les nombreux vitraux ont été peints par les Carmélites du Mans au 19 eme siècle.  A proximité de l’église, se trouve un couvent de la congrégation de Saint Vincent de Paul, habité aujourd’hui pr une dizaine de sœurs qui accueillent des personnes âgées et handicapées.
 dans Dordogne
Près du bourg, s’élèvent les vestiges d’un ancien pigeonnier, sur le flanc d’une colline dominant l’ensemble du paysage. On peut classé cet édifice dans la catégorie des pigeonniers tours isolés datant du 18 emme siècle.
Et, en  direction de Manzac sur Vern, on découvre le château de Monciaux du 19 eme siècle.
                                                                    

 

12
Page Suivante »
|