( 28 janvier, 2015 )

Sainte Catherine …

 

Sainte Catherine ...

 

La vie de Catherine (du grec katharos c’est-à-dire pur) fut loin d’être un long fleuve tranquille. A 18 ans, cette jeune fille noble, érudie, s’est opposée à l’empereur Maximus (Maxence) qui persécutait les chrétiens et voulait les obliger à honorer des idoles par des sacrifices.
Catherine lui proposa une discussion mais l’empereur demanda alors à 50 philosophes d’argumenter. Catherine les convertira.

Résultat : l’empereur les fit brûler sur le bûcher… et demanda Catherine en mariage.
Mais celle-ci avait reçu un anneau du Christ (des peintures représentent ce  »mariage mystique » avec l’enfant Jésus) et refusera. Emprisonnée, elle continuera son entreprise de conversion en s’attaquant à Faustina, l’épouse de l’empereur, à Porphyrius, son chef des gardes. Celui-ci convertira alors 200 gardes et l’empereur les fit tous mettre à mort.


Catherine sera condamnée au martyre. Elle devra subir le supplice d’une roue hérissée de pointes et de lames qui devaient lui labourer le corps. Libérée par miracle, elle n’échappera cependant pas à la mort, cette fois par décapitation, un 25 novembre. Du lait s’écoula de sa blessure.
On prête des vertus guérisseuses à l’huile recueillie sur ses ossements.
Catherine a-t-elle réellement existé ? Le récit a été écrit en grec au IXe siècle alors que Catherine est censée avoir vécu à Alexandrie (Egypte) au début du IVe siècle. Il n’existe aucune trace historique de son existence.

Sainte Catherine est souvent représentée avec la palme, symbole du martyre, et la roue, symbole de son supplice.

Pas de commentaires à “ Sainte Catherine … ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|